Reconnaissance faciale et blockchain pour remplacer progressivement le papier : la Caisse de pension des Nations Unies entre dans l’ère numérique

À partir de 2021, la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) lancera une nouvelle application basée sur la reconnaissance faciale et la blockchain comme alternative au certificat de droit à prestation (CE) papier que les retraités sont tenus d’envoyer chaque année pour recevoir leurs prestations.

C’est le résultat d’un projet pilote réussi mené par la Caisse au cours des derniers mois, qui a impliqué 250 testeurs, avec des certificats numériques générés dans plus de 40 pays.

« L’utilisation d’une application mobile sera pratique et facile pour nos retraités ; il s’agit de l’un des premiers résultats de la nouvelle stratégie de la Caisse, qui vise à simplifier l’expérience de nos clients », a déclaré Rosemarie McClean, Administratrice des pensions. Des gains d’efficacité sont également attendus du nouveau processus car la vérification du côté de la Caisse sera automatisée.

« La nouvelle application créera, vérifiera et sécurisera l’identité numérique des retraités – tout en empêchant la fraude – en utilisant la biométrie ; identifiera leur emplacement grâce à la technologie de géolocalisation ; et stockera les transactions sur un registre immuable, traçable et vérifiable de manière indépendante, à l’aide d’une plate-forme blockchain », a expliqué Dino C. Dell’Accio, Directeur informatique de la CCPPNU, qui dirige l’initiative. « Ce projet s’inspire de la stratégie du Secrétaire général des Nations Unies sur les nouvelles technologies », a ajouté M. Dell’Accio.

Le processus papier actuel nécessite l’utilisation de services de courrier postal, ce que la situation du COVID-19 a gravement perturbé. Bien que la Caisse surmonte ce défi à court terme, «il est temps pour nous de passer à des solutions numériques sécurisées dans toute la gamme de nos services aux participants, retraités et bénéficiaires », a déclaré Mme McClean.

« Nous sommes conscients que tous nos bénéficiaires et retraités ne pourront pas profiter de cette nouvelle application », a souligné Mme McClean, « le certificat papier sera donc toujours disponible en option. »

Le Groupe de la Banque mondiale a exprimé de l’intérêt pour apprendre de la solution de «certificat numérique de droit à prestation» de la Caisse et sur la manière dont les technologies émergentes peuvent apporter de l’innovation dans la conception et la mise en œuvre des systèmes de retraite dans le monde.

Les prochaines étapes avant le déploiement complet comprendront une évaluation indépendante et une certification des contrôles de sécurité, de confidentialité et de disponibilité de la solution. Le projet « Certificat numérique de droit à prestation » a été mené en partenariat avec le Centre international de calcul des Nations Unies et en coopération avec le Programme alimentaire mondial et l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. La Caisse est reconnaissante aux nombreux retraités du monde entier des deux organisations qui ont aidé à tester l’application.

Contexte : l’exercice annuel de certificat de droit à prestation (CE)

Chaque année, les retraités et les bénéficiaires d’une prestation périodique doivent retourner à la Caisse leur CE dûment signé et daté, dans le format d’origine, pour confirmer qu’ils sont vivants. Le CE sert également de « preuve de résidence » pour l’admissibilité continue à la pension sur la filière locale. Le cycle du CE est un exercice annuel an qui demande beaucoup de travail. La Caisse effectue deux envois par an – le premier à la fin du mois de mai et le second, plus petit, à la fin de septembre. Chaque CE généré est suivi et les signatures sur le CE sont vérifiées manuellement.

Notre mission

LA SÉCURITÉ DE VOTRE RETRAITE

Site designed and developed by Social Ink [+]

Font Resize
Top