La CCPPNU publie le premier rapport d’informations financières ayant trait au climat

Aujourd’hui, la Caisse des pensions de l’ONU a publié son premier rapport expliquant comment elle relève les défis liés au changement climatique sur ses activités d’investissement .

La publication de ce rapport suit les recommandations faites par le Groupe de travail sur l’information financière relative aux changements climatiques (TCFD), destinée à aider les entreprises à fournir une meilleure information pour soutenir une allocation de capital éclairée.

“La CCPPNU reste engagée à suivre les meilleures pratiques dans le secteur des fonds de pension en matière de changement climatique. Avec le rapport TCFD, nous voulons fournir à nos parties prenantes une transparence complète des processus, scénarios et indicateurs que nous mettons en œuvre pour intégrer les risques et les opportunités relatives au climat dans notre processus d’investissement”, a déclaré Pedro Guazo, Représentant du Secrétaire général pour les investissements des actifs de la CCPPNU.

S’agissant de la gouvernance, le rapport confirme que la prise de décisions relatives au climat du Bureau de la gestion des investissements suit une chaine de contrôle bien structurée. Quant à la stratégie, le rapport souligne que le Bureau de la gestion des investissements reconnaît les risques physiques et de transition sur la valeur des actifs de la CCPPNU et a des stratégies pour réduire ces risques en atteignant l’objectif zéro émission nette d’ici à 2050 et en s’alignant sur le scénario du GIEC de 1,5 °C. Le Bureau de la gestion des investissements utilise des méthodologies internes et de tierces parties pour identifier des risques et utilise le désinvestissement, l’engagement et l’investissement dans les entreprises en transition pour gérer les risques et profiter des opportunités climatiques. Le Bureau de la gestion des investissements utilise les indicateurs des émissions des champs d’application 1, 2 et 3 pour évaluer les risques et a un objectif de réduire les émissions financées de 40 % d’ici à 2025 par rapport aux niveaux de 2019 pour les champs 1 et 2.

Top